Jennifer Sampieri

J’ai découvert la photo de nu avec playboy, j’avais huit ans environ. Mes parents se baladaient nu devant moi, c’était les années 70. La pudeur n’était pas de mise. Mais elle était consacrée à la femme. "Playboy" et "Lui" faisaient la une des kiosques, Ce qui m’a frappée quand j’ai commencé à m’intéresser aux contours des gens, c’est que l’homme nu était relégué à une littérature très circonstanciée et sa masculinité assimilée à un culte du corps stéréotypé avec une esthétique perpétrée depuis des siècles. Il n’y avait que le regard de l’homme par un autre homme dans ces représentations de nus, avec une interprétation, qui, en tant que femme, me laissait indifférente.

Aucune fragilité, aucune sensualité réelle dans les représentations artistiques qui m’étaient données à voir. Aucun rapport avec ce qu’il m’était donné à vivre.

Pourquoi le sexe nu de l’homme est-il tabou ? Pourquoi est-il dit que le corps de l’homme nu était moins beau que celui de la femme ?

J’ai décidé d’explorer l’essence des hommes en photographie. De les laisser aller sans directives, sans poses, et dépossédés de tous leurs atours.

Libres et sans aucune mise en scène, j’ai souhaité montrer leur singularité, masculine, plurielle…

Une vision que je veux féministe parce que détachée de l’esthétique pour l’essence de l’homme. Bien plus fondamentale et signifiante.

 

 

Un texte ! Vous pouvez le remplir avec du contenu, le déplacer, le copier ou le supprimer.

Lorem ipsum dolor sit amet, consetetur sadipscing elitr, sed diam nonumy eirmod tempor invidunt ut labore et dolore magna aliquyam.

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© jvinvite Les images représentant les œuvres des artistes sont soumises aux législations nationales et internationales qui protègent les droits d'auteur il vous est interdit d'utiliser ces images sans les autorisations écrites de leurs auteurs.