Christian Carrère, photographe

 

 

 

Je suis à la fois photographe et éducateur de 49 ans. Parisien d’origine, j’habite dans la région depuis 26 ans.
Cela fait 15 ans que je pratique la photographie en autodidacte aussi bien au niveau de la prise de vue que dans la réalisation de tirage en argentique. Je me suis spécialisé autour de la photographie sociale. J’essaie d’explorer des thèmes qui viennent à contre-courant de l’actualité :
- La série « suspencion » reportage en Espagne qui traite d’une performance marginale mais qui suscite un questionnement sur notre société
-  La série « Familles de prisonniers politiques basque », reportage journaliste sur la souffrance des familles au pays basque espagnol
- La série « Errance » qui traite de la solitude des gens dans nos sociétés modernes - La série « Héros de la mer », sujet sur le travail des marins-pêcheurs sur un chalutier, réalisé au Nord de l’Ecosse et en Bretagne
- Réalisation des photos pour la pochette du CD de Nadine ROSSELLO « l’Emigrante » et du groupe « Les Grandes Bouches »
- La série « Impressions plurielles » sujet autour de la nature inspiré de l’esthétique des peintres impressionnistes ce qui a donné lieu à des photographies picturales
- Actuellement en cours, un travail :
   - sur des portraits de personnes handicapées mentales
   - un court-métrage sous la forme d’une création sonore et visuelle intitulé « onde aquatique »

 

De plus, mes reportages, depuis 5 ans, m’ont amené à réaliser des montages photographiques sous forme de documentaire en y intégrant du son (interview, bruitage, sonore…., lecture de textes)
Mes expos photo sont réalisées sous la forme d’installations où se mêlent photographies, textes, ambiance sonore ou vidéo.
En 2008, j’ai été primé au festival international de photojournalisme de Perpignan dans le cadre du Visa OFF pour ma série « Suspencion »


Se dire photographe, c’est aller à la rencontre de l’autre et de ses différences. C’est parcourir la route, flâner, se balader aux grés des ambiances. Le voyage ne se trouve pas qu’au bout du monde mais aussi à côté de notre porte. Mes thèmes se choisissent autour de ces rencontres. Travaux photographiques, video-clip et documentaire matérialisent ces rencontres

 

La pratique de la suspension consiste à accrocher au corps humains des crochets percés dans la chair à des endroits bien précis du corps. Autrefois pratique chamanique, cette pratique trouvait son existence aussi chez les indiens d’Amérique du Nord ou par les hindous. Actuellement pratique sadomasochiste, il n’en reste pas moins qu’elle nous pose certaines questions dans une société où la violence est affichée partout librement (dans les média, les jeux vidéo, ....) : nous vivons une société où constamment nous cherchons nos propres limites corporelles, la maîtrise de notre propre souffrance. La suspension est à la croisée des chemins entre expérience mystique et divin, performance artistique, rituel et technique de connaissance de soi.
Ces photos peuvent paraître violentes et choquantes. Pourtant elles ont toujours été prises dans un souci d’esthétique et sont là pour montrer une réalité existante.

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© jvinvite Les images représentant les œuvres des artistes sont soumises aux législations nationales et internationales qui protègent les droits d'auteur il vous est interdit d'utiliser ces images sans les autorisations écrites de leurs auteurs